• 11 avril 2015 : on va dire que ça va même si...

    Jusqu'alors, mon fils, je n'avais pas trop le coeur à venir te parler ici ; je le faisais donc chaque soir devant ta photo.

    Oh, pour moi, pas de problème. Tout se passe bien depuis mon intervention chirurgicale : 12 kgs perdus et plus besoin de cachets pour le diabète puisque je n'en ai plus. Quelques petits problèmes au moment des repas mais bon... j'avais été prévenue et c'est en toute conscience que j'ai demandé l'opération.

    C'est pour ton tonton Didier qu'on s'est fait beaucoup de soucis. Lui et ta tata nous ont rendu visite le week-end des 21 et 22 mars ; le dimanche midi, nous ont rejoints ta cousine Elodie et ton cousin Olivier avec leur petit Alexis.

    IMGP4807
    IMGP4804

    Dans la semaine qui précédait leur venue, ton tonton Didier est allé à l'hôpital pour faire un test d'effort de contrôle ; et il est persuadé que c'est là-bas qu'il a attrapé un virus. Quand ils sont arrivés chez nous, il avait beaucoup de mal à respirer malgré la réserve d'oxygène qui m'avait été livrée et les antibiotiques. Ils ont repris la route le dimanche dans la soirée et ton tonton a demandé  à être emmené directement à l'hôpital où est basée la pneumologue qui le suit. Branle-bas de combat là-bas : transfert dans un autre hôpital, placement en soins intensifs avec mise en semi-coma et branchement sur une machine respiratoire. Actuellement, ton tonton Didier est toujours à l'hôpital où va être livrée lundi une machine sur laquelle il sera branché jour et nuit pour éliminer les gaz carboniques dans le sang actuellement à un taux beaucoup trop élevé.

    Inutile de te dire que nos proches projets, style la semaine ensemble chez ta mamie et notre séjour ensemble en Alsace, tombent à l'eau. Pour la croisière que nous avons réservée en novembre, c'est à suivre.

    Mais ça, ce n'est pas grave ; on ne souhaite qu'une chose, c'est que ton tonton se remette sur pied quoique l'on sait très bien que l'état de ses poumons ne pourra que se dégrader au fil du temps.

    J'ai envie de hurler à l'injustice et pleurer en cachette m'arrive bien souvent ces temps-ci ; je pensais pourtant avoir séché toutes mes larmes quand tu as quitté cette terre.

    Nous irons donc seuls, ton papa de coeur et moi, chez ta mamie. A l'aller comme au retour, nous ferons une halte à l'hôpital pour profiter une paire d'heures de ton tonton. A moins que pendant notre absence, il soit transféré au centre médical de Bayère spécialisé dans le traitement de l'insuffisance respiratoire pour une cure de 3 semaines.

    Si c'est en ton pouvoir, prends soin de ton tonton Didier, mon ange ; je ne supporterais pas qu'il lui arrive malheur. Trop, c'est trop.

    5nr3pyph

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Patinette
    Mercredi 22 Avril 2015 à 18:03
    Tu as posté le 11, nous sommes le 22, comment va Didier ? Donne vite de ses nouvelles surtout. Je vois que nous sommes dans le même état d'esprit toutes les deux, convaincues quelque part de ne plus pleurer et pourtant... Je t'envoie d'énormes gros bisous de réconfort. Fabien on compte sur toi pour ton tonton hein ???
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :