• 18 février 2013 : sainte Bernadette

    Sainte Bernadette : c'est la fête de ta tatie de coeur aujourd'hui. Je lui souhaite de nouveau bonne fête si elle passe par ici.

    La semaine dernière a été marquée par la Saint Valentin ; jeudi soir, nous sommes donc allés, avec quelques amis, dans notre ferme auberge préférée pour nous y régaler du menu concocté pour l'occasion. Un régal, comme d'habitude, et une bonne soirée.

    IMGP2413
    IMGP2414
    IMGP2420

    Le seul hic, c'est qu'il m'a fallu, à la sortie du restaurant vers minuit et demi, aller faire le ménage à la clinique vétérinaire. Heureusement que ton papa de coeur m'a aidée. Nous nous sommes couchés vers 2 heures et demi. Dur, dur de s'endormir après tout ça mais bon... nous avons passé une bonne soirée.

    Et puis, samedi soir, nous avons reçu à la maison Irène et Denis, amis de longue date avec ton papa de coeur qui nous avait préparé un repas de fête une fois encore. Ils nous ont quittés à presque 2 heures du matin mais aucune importance puisque personne ne travaillait le lendemain et que nous avons pu faire une grasse matinée.

    Cette semaine sera plus calme ; samedi soir, nous emmènerons Cyrille, vétérinaire qui va bientôt quitter la clinique, goûter la cuisine de notre ferme auberge ; ça m'étonnerait beaucoup que ça ne lui plaise pas.

    Les week-ends s'enchaînent et rares sont ceux où nous ne nous retrouvons que tous les deux ; tant mieux parce que le temps passe plus vite ainsi et que ça évite à mon esprit de trop cogiter.

    Là, tout de suite, ton papa de coeur est rentré du travail et est reparti aussitôt à la salle de sport ; moi, je viens de manger un morceau et je vais me "la jouer un peu cool" après ma séance de lavage et repassage ce matin.

    Je pense sans cesse au petit Lucas qui a passé les examens de contrôle dont la maman attend aujourd'hui les résultats ; je croise les doigts très fort pour que le neuroblastome ne soit plus qu'un mauvais souvenir pour lui et pour sa famille. Toi, tu l'as vaincu et c'est ce que j'ai dit à Sophie, la maman. Bien sûr, je ne lui ai pas parlé de ce qu'il t'est arrivé 17 ans après ; pourquoi le ferais-je puisqu'il ne s'agissait plus du neuroblastome et que je sais qu'elle va, comme moi, vivre dans le stress d'une éventuelle rechute ? Je la laisse profiter au mieux de son fils et de chaque moment de chaque jour.

    f787c06f_l

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    marialis
    Lundi 18 Février 2013 à 15:49
    UN PETIT PASSAGE POUR TE DIRE QUE JE SUIS CONTENTE DE TE VOIR CONTINUER A VIVRE AVEC CEUX QUE TU AIMES DE BEAUX MOMENTS... BIEN SÛR, TU AS TA PEINE... CE GRAND VIDE MAIS TU CONTINUES COMME IL L'AURAIT VOULU ET C'EST BIEN! GROSSES BISES? A+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :