• 1er juillet 2013 : 6 ans

    Il y a 6 ans aujourd'hui, ta cousine Annie partait pour le monde meilleur ; elle te traçait la route, mon ange. 6 ans... Je suppose que pour ses parents, c'est court et très long à la fois tant le manque de votre présence est insupportable. Si tu la croises, dis-lui que je pense toujours à elle comme je vais le dire tout à l'heure à ses parents car je sais que, même si c'est douloureux, parler d'elle leur fera du bien. Et oui, mon coeur, on a besoin que les autres nous parlent de vous pour que l'on sache que vous existez toujours dans leurs pensées, pour vous faire vivre encore, et, après tout, vous avez fait partie de leur vie. Malheureusement, peu de gens le font et ça fait mal.

    La semaine qui vient de finir a encore été bien agitée. Mercredi, ton papa de coeur a passé une coloscopie pendant laquelle le spécialiste lui a trouvé des polypes ; ceux-ci ont été immédiatement enlevés et envoyés à l'analyse. A suivre....

    Vendredi soir, il m'a fallu courir pour faire le ménage à la clinique vétérinaire parce qu'à 21 h, nous étions attendus au boulodrome par Marie-Hélène, Georges, Bernadette, Elie, Viviane et sa soeur, pour y voir une pièce de théâtre dont l'entrée était offerte par la ville dans le cadre des festifourires. On a donc vu "10 ans de mariage" et on a bien ri du début à la fin : ça fait du bien et, pendant ce temps-là, on ne pense plus aux soucis. Je te mets un petit extrait que j'ai trouvé sur You Tube :

    Samedi, nous étions invités à une "journée champêtre" pour les 40 ans d'un neveu, Christophe ; nous nous sommes régalés de la paëlla préparée avec amour par notre beau-frère Momon. Et puis, en dessert, les choux à la crême d'Emilie !!! Un régal. Certaines et certains ont joué aux boules l'après-midi et moi, je me suis prélassée en les regardant.

    Dimanche matin, je suis donc allée à la clinique vétérinaire faire le ménage que je n'avais pas fait le samedi midi ; quand ton papa de coeur est rentré de son boulot vers 13h30, je lui ai proposé d'aller manger une bonne andouillette/frites chez Courtepaille et je n'ai pas eu besoin de le lui dire deux fois. En sortant de là-bas, nous sommes passés par le cimetière pour arroser les fleurs qui se dessèchent bien vite sur ton monument à cause du vent qui souffle ici depuis une bonne semaine. Tiens, d'ailleurs, il s'est calmé aujourd'hui ! Pourvu que ça dure !

    Tu vois, mon fils, pas le temps de s'ennuyer ni de déprimer vu nos activités en dehors du travail.

    Cette nuit a été une courte nuit ; je suis de nouveau dans le cycle de ne dormir bien qu'une nuit sur 3 ou 4. Tu le sais, à 5 heures du matin, je me promenais dans la maison en espérant trouver le sommeil en me recouchant, ce que j'ai fait, mais malgré tout, à 9h, mes yeux s'ouvraient grands. Si j'avais dû travailler ce matin, je n'aurais encore eu qu'1h de repos. Bouh...

    Et c'est bizarre parce que, quand je reste ainsi éveillée, je sens fort ta présence à mes côtés et du coup, je guette le moindre bruit. Tu me manques trop, trop, trop...

    d4873b96

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :