• 22 février 2013 : tu me manques tant

    Courant janvier, ton papa de coeur et sa soeur sont allés rendre visite à la peintre qui a fait les portraits de toi ; je leur avais confié une boîte de chocolats et une bouteille de champagne à son intention : elle est vraiment trop gentille, cette femme de 80 ans passés qui ne peint pas par passion mais pour faire plaisir aux autres.

    Du coup, ton papa de coeur lui a commandé un tableau que nous sommes allés chercher mercredi et qui trône maintenant dans notre cuisine.

    IMGP2422

    Tu aimais la provence et les tournesols en font partie ; je suis certaine que ton papa de coeur a fait faire ce tableau en pensant à ça et il savait me faire plaisir en me l'offrant. C'est vrai qu'il est superbe.

    Encore une semaine qui se termine et un mois qui touche à sa fin ; c'est fou ce que le temps passe vite.

    Demain soir, nous emmenons dans notre ferme auberge préférée, Cyrille, vétérinaire dans la clinique où je travaille ; il quitte notre région pour aller retrouver sa famille aux alentours de Paris. Il était venu là pour suivre sa femme qui est décédée il y a deux ans dans des conditions tragiques alors qu'elle portait leur bébé. Son malheur a fait que ton papa de coeur et moi l'avons pris en sympathie et que de temps en temps, quand il assurait la garde de nuit à la clinique, il venait manger chez nous.

    Pour lui aussi, la vie continue ; tant bien que mal mais elle continue. Je passe en ce moment par un stade cafardeux ; tu me manques trop, trop, trop et c'est souvent que mes tripes font des noeuds. J'ai fréquemment des maux de tête mais je ne m'en inquiète pas puisque ton papa de coeur me dit que c'est dû au stress. Tu vois, je ne parle de mon mal être à personne parce que rien ni personne ne pourra m'enlever la douleur de t'avoir perdu. Alors, j'attends que "ça passe" et le retour de temps meilleurs.

    Ton papa de coeur rentrera plus tard aujourd'hui ; après son travail, il est allé au domicile d'un de ses patrons qui vient d'être opéré d'une maladie que l'on connait trop bien toi et moi. Reste à attendre le résultat des prélèvements qui ont été faits lors de l'opération. C'est dingue, on t'annonce maintenant que tu as cette saloperie de maladie comme on t'annonçait il y a quelques années que tu avais la grippe. A quand notre tour ?

    Quand je suis rentrée du travail chez le comptable ce matin, j'ai souhaité fort avoir fait un cauchemar ces cinq dernières années et voir ta voiture devant ton domicile en tournant le coin de la rue qui mène chez nous. Mais rien à part un fil d'étendage fixé à la fenêtre par la nouvelle locataire du domicile que tu occupais. C'est à hurler !!!

    21e982dc_l

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Patinette
    Dimanche 24 Février 2013 à 10:48

    Ah ma cop' désolée de sentir que ton moral est en berne, d'un autre côté libère toi... Parle, écris, hurle si seulement ça peut te soulager un peu... juste un peu !!!!

    Pense à ta future croisière, au beaux jours qui vont revenir... je sais, facile à dire, personne ne peut se mettre à ta place...
    Merci pour ton petit mot sur mon blog, je prends toujours plaisir à lire les petits commentaires laissés. J'y trouve un moyen tout simple de m'exprimer, comme un journal intime... comme une ado que je ne suis plus depuis très très longtemps (enfin pas tant que ça hi hi).

    Toujours mes petits ennuis de santé, j'ai attaqué un nouveau traitement mais je ne me fais guère d'illusion. Tout est dans la tête ! Reste l'osthéo à consulter car malgré tout il se peut que je me sois bloquée le plexus solaire suite à une crise d'éternuements... Je te tiendrais au courant.

    Je t'envoie d'énormes bisous mais aussi toute ma fidèle amitié. De gros poutous à ton artiste et à Fred. Quant à Fabien je sais qu'il est là et qu'il sait qu'on sait...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :