• Depuis ton départ, moi qui ne crois pourtant qu'en ce que je vois, je lis beaucoup de livres qui traitent de la vie après la mort ou plutôt de la vie après cette vie. Tous ces ouvrages me donnent un immense espoir : celui de te revoir quand mon heure sera venue. En attendant, je vis pour ton frère, Gilbert, la famille avec tout le courage que je puise en me rappelant celui dont tu as fait preuve pendant ta maladie.

    Dimanche dernier, Gilbert et moi sommes allés au cinéma voir "Et après". Un film qui nous dit : "peu importe de savoir s'il y a une vie après la mort, l'important est de vivre pleinement chaque instant de cette vie avant la mort". J'ai beaucoup aimé, Gilbert un peu moins par rapport aux passages où l'on voit ce jeune de 17 ans atteint d'un cancer incurable et révolté devant le fait qu'il va mourir. Ca lui a trop rappelé ce qu'il a vécu avec toi.


    La journée va continuer et ce soir, je prendrai un demi Temesta parce que ça fait deux nuits que je cauchemarde et que je dors très peu ; ça épuise. Mais ça, tu le sais déjà puisque je te l'ai dit oralement à 6h30 avant de partir au boulot.

    En ce moment, je vais régulièrement sur le blog de Johanne, une maman de deux enfants qui est atteinte d'une leucémie, qui a été greffée mais qui a rechuté. La médecine ne peut plus rien faire pour elle non plus. Une chaîne de solidarité s'est formée pour la soutenir moralement. Son site pour celles et ceux qui me lisent : http://leucemiennemie.canalblog.com

    Après mon boulot samedi, on prend la route pour passer le week-end chez ton tonton Hervé ; on mangera le gâteau pour fêter l'anniversaire de ta cousine Elodie et le mien.

    Je ne te dis pas à bientôt puisque tu es près de moi et dans mon coeur tout le temps. Je t'emmène avec nous samedi car je sais que tu aurais aimé venir. Je t'aime, mon fils.



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique