• 6 juin : rendez-vous à l'hôpital de La Timone à Marseille dans le service cardiologie ; tu dois faire une échographie cardiaque et rencontrer un cardiologue qui doit donner son avis pour l'opération du cancer des os du bassin initialement prévue le 3 juin (elle a été reportée par l'anesthésiste de l'hôpital de La Conception, toujours à Marseille, pour cause d'embolie pulmonaire que tu avais faite auparavant ; les mêmes examens ont été faits à Avignon une huitaine de jours auparavant mais ça ne convient pas à ce monsieur : que de temps perdu). Le cardiologue donne son feu vert.

    7 juin : tu es invité avec ta seconde famille à l'anniversaire d'un de leurs amis ; malgré ta fatigue et tes douleurs, tu décides d'y aller.

    Avec Nathalie, ta "soeur de coeur"

    10 juin : rendez-vous à l'hôpital Sainte Marguerite à Marseille dans le service pneumologie pour refaire, là aussi, les examens déjà fait à Avignon une huitaine de jours avant.

    Tu n'iras jamais à ce rendez-vous. Pourquoi ?

    8 juin, lendemain de la fête, je me rends chez toi alors que Gilbert raccompagne ton frère à la gare TGV ; bien m'en a pris de rester dans le secteur car je te trouve plié sur le lit, la main appuyant sur le haut de ta poitrine. C'est dimanche, pas de généraliste... j'appelle les pompiers ; le SAMU te transporte en urgence à l'hôpital d'Avignon et je pars avec toi. Examens faits, il s'avère que tu as eu une récidive de l'embolie pulmonaire et que tu dois être transporté à l'hôpital de La Timone à Marseille. En attendant, on te place sous oxygène et, le lendemain, à ton arrivée à Marseille, force est, vu la gravité de ton état, de te mettre dans le service réanimation. Tu y restes une dizaine de jours puis tu es rapatrié dans le service oncologie. Tu n'en ressortiras que trois mois plus tard après avoir rendu l'âme.

    Je n'arrive pas à pardonner à l'anesthésiste, ainsi qu'à son responsable, d'avoir repoussé la date de l'opération. Peut-être aurais-tu fait cette récidive d'embolie pendant l'opération, peut-être ton organisme n'aurait-il pas résisté à la quinzaine d'heures prévue pour elle... mais au moins, tu n'aurais pas connu ces trois derniers mois d'horrible souffrance et de déchéance physiques : c'était d'ailleurs ton grand souhait.




    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique