• Tu es tombé malade en janvier 2008 ; pour nous, il ne pouvait pas en être autrement que ta guérison une nouvelle fois. On positivait au maximum.

    Gilbert et moi nous sommes donc pris à rêver de t'organiser une super fête pour tes 25 ans en septembre suivant ; tu y serais entouré de ta famille, de celle de Gilbert, de tes amies et amis du secteur, ainsi que de celles et ceux que tu as connus sur le jeu World of Warcraft : 90 personnes environ.

    En cachette de toi, on complote pour la décoration de la salle et des tables ; on choisit de faire ça sur le thème de la musique en sélectionnant les artistes que tu aimes.

    On te prépare aussi des surprises telles qu'un diaporama racontant ta vie et tes traits de caractère, un petit spectacle humoristique et une chanson que ta famille proche et ta tatie et ton tonton de coeur auraient interprétée.

    J'avais arrangé un texte à chanter sur la musique de "Dans les rues d'Amsterdam" de Jacques Brel que tu aimais. Le voici, ce texte :

    Dans la ville d'Avignon

    Est né un p'tit garçon

    Le 11 du mois d'septembre

    En l'an quatre vingt trois

    Dans c'monde t'es arrivé

    Un grand cri t'as poussé

    Tout petit tu étais

    D'apparence tout ridé

    Mais à force de tétées

    Ton poids a vite grimpé

    A l'école t'es parti

    Pour dev'nir érudit

    Les années ont passé

    L'école t'as délaissée

    Pour plutôt t'orienter

    Vers l'métier d'carrossier.


    Une envie d'changement

    S'est pointée à vingt ans

    La routine te lassait

    Tu voulais progresser

    Ton métier d'carrossier

    Tu l'as laissé tomber

    Pour tenter une percée

    Dans une ville d'excités

    En plus d'l'indifférence

    D'la pluie c'est l'évidence

    A Paris, c'est courir

    Klaxonner et stresser

    Pas moyen d'se r'laxer

    Tu n'as pensé qu'à fuir

    Le soleil te manquait

    Et tu es vite rentré.


    Haladjian t'a r'cruté

    Des amis t'y es fait

    Internet tu connais

    D'aut'es amis t'es refait

    Des filles t'en as connues

    Puis on n'les a plus vues

    C'est à toi que revient

    Le choix qui te convient

    Vieux garçon rest'ras pas

    A donner t'as en toi

    Bien qu'tu raines quelquefois

    Au fond ton coeur il bat

    Tu vis ta vie pour toi

    C'est toi qui choisiras

    Le chemin qu'tu prendras

    Et pour nous ça l'fera.


    Le mal tu l'as connu

    Par deux fois l'as battu

    Plus fort t'en es sorti

    Ton caractère forci

    Mais nous on te dira

    D'jamais baisser les bras

    Et que la vie t'appelle

    Que le monde t'attend

    Que la terre est si belle

    Que le ciel est si grand

    Que t'es beau et qu'on t'aime

    Que t'es not'e vie, not'e joie

    Que t'es un parmi tous

    Mais bien unique pour nous

    Sûr on a mal chanté

    Mais le coeur y était.

    Et oui, Fabien, on y croyait fort, fort, fort, à ta guérison ; il était impensable qu'il t'arrive quoique ce soit, que tu nous quittes si vite alors qu'on avait fait tant de projets ensemble.

    Je sais ce que tu es en train de me dire ; c'est ce que tu disais toujours : "c'est la vie".




    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique