• la Toussaint

    La Toussaint, jour férié que j'aurais apprécié si j'avais travaillé mais jour normal pour moi qui suis toujours en arrêt de travail.

    Beaucoup de gens vont aller au cimetière aujourd'hui mais moi, je n'irai pas ; je n'ai pas besoin de cette date particulière pour te fleurir et pour penser à toi ; et puis, je n'ai pas envie de rencontrer beaucoup de ces gens qui ne se déplacent qu'une fois par an pour fleurir les monuments et qui ne reviennent pas avant le 1er novembre suivant.

    Je continue mes séances chez le psy ; mon généraliste étant absent cette semaine, c'est lui qui m'a fait l'ordonnance de renouvellement pour l'antidépresseur. J'ai parlé, j'ai parlé beaucoup de toi cette fois-ci et de ton absence physique qui me torture chaque jour. Quand il me dit qu'il me faut apprendre à vivre sans elle parce que tu es MORT, j'ai envie de le frapper ; il argumente en me disant que toi, tu aurais voulu me voir heureuse et me voir continuer ma vie normalement : ça, je le sais mais n'est-ce pas plus facile à dire qu'à faire ?

    Je continue aussi l'aquagym chaque jeudi matin : ça me fait du bien de retrouver les amies et de me dépenser ainsi physiquement et c'est physique pour moi qui ne faisait pas de sport depuis plusieurs années.

    Mercredi de la semaine dernière, nous sommes allés manger chez les amis avec lesquels nous avions visité le Puy du Fou : une bonne soirée dont nous sommes sortis à 1h du matin passée alors que le réveil de ton papa de coeur sonne à 6h pour aller au boulot.

    Le lendemain dans la soirée, un appel surprise d'Irène et Patrick qui nous proposaient une sortie au restaurant : et bien, pourquoi pas ? Et nous voilà repartis.

    Samedi soir, c'est nous qui recevions les amis à la maison et ton papa de coeur leur avait concocté un repas léger (oups ! tu le connais) dont les truites de ton cousin Olivier. Une bonne soirée dont je ne te donnerai pas l'heure de fin puisqu'elle était faussée par le changement d'heure pour l'hiver.

    Mardi après-midi, j'ai pensé un peu plus fort à toi puisque le ramoneur est venu nettoyer les conduits de l'insert dans lequel le bois brûlera cet hiver les jours où le froid sera piquant et que la clim réversible ne suffira pas. Les souvenirs de ces soirs d'hiver où tu venais t'asseoir sur le rebord de la cheminée pour te réchauffer après ton boulot sont remontés à la surface.

    Je ne travaille pas et on pourrait penser que je m'ennuie. Et bien, non, pas du tout. J'ai les visites chez le psy, l'aquagym, la peinture des volets, l'entretien de la maison et du linge et enfin, un peu de temps pour moi.

    Il y a quelque chose qui doit te faire rire : c'est de voir ton papa de coeur vadrouiller sur internet et surtout sur Le bon coin : ben oui, il cherche une moto d'occasion et d'ailleurs, il en a repéré une et est allé la voir dans un garage du Pontet. A ce sujet, il m'a parlé de toi et des partages qu'il aurait pu avoir avec toi à ce sujet comme au sujet des voitures. Tu lui manques à lui aussi ; je me souviens du jour où, quelques temps après ton départ de cette terre, il m'a dit : on m'avait donné un fils et on me l'a repris. Tu t'entendais tellement bien avec lui.

    Ce soir, nous sommes invités, avec Bernadette et Elie, chez Marie-Hélène et Georges.

    Et demain soir, c'est chez Irène et Denis que nous irons déguster une recette des îles qu'ils ont apprise lors des visites qu'ils rendent à leur fils en Martinique ou en Guadeloupe, je ne sais plus.

    Comme tu vois, un week-end encore bien occupé.

    Il y a quelques jours, une petite fille de 5 ans, Zoé, qui se battait depuis sa venue au monde contre un neuroblastome (ce premier cancer que tu as eu) est partie te rejoindre dans le monde meilleur. Ses souffrances ont pris fin et celles de ces proches au regard de son absence physique commencent.

    Je crois de plus en plus en cette théorie rencontrée au fil de mes lectures sur la vie après cette vie qui dit que l'enfer, c'est cette terre sur laquelle nous sommes nés pour vivre des épreuves avant de retourner dans le monde que tu as déjà rejoint après avoir rempli ta mission ici. Dis-moi quelle est ma mission, mon coeur, afin que je la remplisse vite !

    Dans l'immédiat, je ne peux plus te faire partager les photos de ce que nous vivons parce que Kazeo, l'hébergeur de ton blog, a des soucis de capacité pour les recevoir.

    Je t'aime, mon ange.

     


  • Commentaires

    1
    kikie
    Samedi 2 Novembre 2013 à 22:46
    Comme on aimerait savoir quelle est notre mission ici bas., afin de la réaliser au mieux !! J'espère que Gib va trouver la moto de ses rêves, peut-être t'emmenera t'il en ballade?? pas d'imprudence surtout... Continue à récupérer, et à te régaler avec tes amis, c'est bon pour le moral. Grosses bises ma cop', j'ai une pensée pour Zoé que Fabien a dù accueillir dans ses bras protecteurs. Kikie
    2
    mamietitine
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 14:19
    coucou ma tite douce oui ma douce , cette terre ou nous naissons , nous en faisons un enfer.... les hommes ne sont pas bons , ils détruisent notre planète , tout ça pour l'appât du gain , pour la domination des autres.... Parfois des gens se donnent une mission , essayer d'améliorer , de faire comprendre aux autres que l'on pourrait vivre heureux , si on s'entraidait entre nous plutôt que de se détruire.... Le monde d'après , est il meilleur ???? je le souhaite de tout coeur pour ceux qui y sont.... Il faut penser qu'un jour on se retrouvera tous dans ce monde meilleur , on aura atteint la sérénité.... Je t'embrasse fort , ma tite douce mamietitine
    3
    Patinette
    Samedi 9 Novembre 2013 à 13:18
    Juste pour vous souhaitez un bon week end à tous les deux. Nous partons chez Julie fêtez les 3 ans de Matéo sous un ciel de pluie Tu nous raconteras ton week end hein ma cop's Gros bisous
    4
    mamietitine
    Dimanche 10 Novembre 2013 à 13:37
    coucou un bon weekend à toi avec de belles éclaircies de Monsieur le temps !!!! pleins de gros bisous mamietitine
    5
    Vendredi 22 Novembre 2013 à 21:53
    Bonjour Je viens de découvrir votre blog et celui en hommage a votre fils, et je vous trouve admirable, vous etes digne face a la souffrance, et votre façon de parler a votre fils a travers ce blog et attendrissant et plein d'amour, ça m'a beaucoup émue, je cherchai un peu de réconfort a travers les blogs suite au decé de mon mari, et je suis tombé par hasard sur le votre, et cela me donne du courage car vous etes un exemple pour les personnes qui sont dans la souffrance suite a un decé, je vais penser a vos mots, a votre façon de parler de votre fils et je trouverai peut etre le courage qui me manque a ce jour Merci pour ce que vous apportez aux autres, et bon courage a vous, votre fils doit etre fier de sa maman Cordialement Lysandra
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :